Mauritanie: violée mais coupable

Description

En Mauritanie, il est illégal d’avoir un petit ami ou une petite amie et toute relation hors mariage est sévèrement punie. Le viol n’étant pas défini dans la législation nationale, si une femme se dit victime d’un viol, elle risque la prison. Dès lors, pas étonnant que peu de femmes osent parler. Dans cet épisode, nous découvrons l’histoire de certaines femmes – emprisonnées ou en liberté – qui tentent de changer les choses.

Parmi elles, Fatima M’Baye, première femme avocate de Mauritanie qui fait partie d’un mouvement qui se bat pour abolir les interprétations fondamentalistes de la Charia: « Pour ce qui est de la Mauritanie, il fut un temps où seule la Charia était appliquée… nous n’en sommes plus là maintenant, nous sommes à un stade où nous avons une loi hybride », dit-elle, une loi qui essaie de combiner la Charia et le droit séculaire.

Événements

Session de visionnage